HRRH Congres Milan – Jeremias Prassl : «Votre patron sera-t-il bientôt un robot ?»

HRRH Congres Milan – Jeremias Prassl : «Votre patron sera-t-il bientôt un robot ?»

9 mai 2019

Jeremias Prassl, professeur de l’université d’Oxford, est un spécialiste de l’intelligence artificielle.Avec un domaine de prédilection : l’influence qu’elle exercera (ou exerce déjà) sur le monde du travail.

Lors du HRRH Congres à Milan, il a tenu d’abord à relativiser débat qui entoure le sujet. Un débat ancien puisqu’au 19e siècle déjà, on était persuadé que la machine à vapeur allait remplacer l’homme. «L’intelligence artificielle (IA) détruira-t-elle des emplois ? C’est à peu près certain. Mais d’autres seront créés grâce à elle.»

Avec un brin d’impertinence,le professeur britannique se demande si les managers ne seraient pas ceux qui ont le plus à craindre de la robotisation et de la numérisation galopante. «Le manager algorithmique existe déjà. Uber, pour ne prendre qu’un exemple, utilise les smartphones de ses chauffeurs pour calculer leurs accélérations et leurs décélérations. Une conduite par à-coups est en effet peu confortable, augmente la consommation et les risques d’accident. Par la suite, une application attribue une note au chauffeur et si elle n’est pas bonne, elle lui envoie des recommandations. En comptant bien qu’il s’améliore.»

Licencié par logiciel

Selon Jeremias Prassl, les États-Unis ont déjà connu des cas de licenciements basés sur des analyses de productivité ou de performance. Une option inimaginable et illégale en Europe. «Cette tendance vers un management scientifique n’a rien à voir avec les idées de Richard Taylor. La problématique est très différente, à cause notamment de l’accumulation de données et des possibilités de traitement.»

Ces données sont bien sûr numériques. Mais on va déjà plus loin : des capteurs permettent de recenser une série de paramètres physiques (la manière dont vous bougez, votre sommeil, le ton de votre voix, votre rythme cardiaque…) pour déterminer votre humeur. «Et votre niveau de performance ce jour-là.»

Limites et menaces

Bien sûr, un ordinateur n’est pas aussi intelligent qu’on pourrait le penser (ou le craindre). Comment, par exemple, mesurer la créativité ? Ou l’innovation ? «Les informaticiens ont beaucoup à faire dans ce domaine.»

Restent les menaces que ces systèmes d’intelligence artificielle peuvent faire peser sur la vie privée notamment. «Il faut saisir les opportunités et gérer les risques», a conclu Jeremias Prassl. «En réalité, il ne faudrait jamais oublier que nous conservons tout le pouvoir de décision. L’intelligence artificielle sera ce que nous en faisons. À nous de prendre nos responsabilités.»