Le leasing de vélo atteint un niveau record

14 septembre 2022
Texte
Francois Weerts

Jamais autant de Belges n’avaient loué de vélo en leasing dans le cadre de leur travail. Au cours du premier semestre de cette année, 9,1% d’employés de plus qu’en 2021 ont fait le trajet du travail avec un vélo de leasing. L’augmentation atteint même 127% par rapport à trois ans plus tôt.

C’est indéniable: le vélo électrique domine de plus en plus notre paysage urbain. Cela s’explique partiellement par la popularité du leasing de vélo, car de plus en plus de Belges recourent à cette possibilité par l’intermédiaire de leur employeur. Une enquête d’Acerta montre que le leasing de vélo a atteint un niveau record au premier semestre 2022: 1,3% des travailleurs de notre pays ont à leur disposition un vélo de leasing du travail. Cela représente une augmentation de 9,1% par rapport à l’année dernière. L’augmentation par rapport aux années précédentes est encore plus spectaculaire: + 38,3% par rapport à 2020 et + 127,2% par rapport à 2019.

«Le leasing de vélo n’a jamais connu un tel succès», s'enthousiasme Olivier Marcq, expert en mobilité d'Acerta Consult. «Il s’agit non seulement d’un moyen écologique de se rendre au travail, mais les travailleurs peuvent également bénéficier d’un bel avantage financier pouvant aller jusqu’à 0,24 euro d’indemnité vélo par kilomètre effectivement parcouru. Environ 20% des travailleurs cyclistes reçoivent actuellement une indemnité de leur employeur pour se rendre au travail en pédalant.»

Les voitures de société s'électrifient aussi

Le vélo n’est pas le seul à contribuer à une mobilité plus verte. La part des voitures de société hybrides et électriques n’a jamais été aussi élevée qu’aujourd’hui: 11% des voitures de société circulant sur nos routes sont équipées d’une prise ou d’un moteur hybride. Il s’agit d’une augmentation considérable par rapport aux années précédentes. En 2021, 6,8% des voitures de société étaient déjà hybrides ou entièrement électriques, alors que ce pourcentage n’était que de 2,9% en 2020 et d’à peine 0,56% en 2019.

Olivier Marcq est convaincu que l’électrification des parcs automobiles des entreprises est la voie à suivre. «La stagnation de la valeur catalogue des voitures hybrides et électriques au cours des cinq dernières années favorise incontestablement cette conversion. Il ne faut pas oublier que la valeur catalogue ne représente qu’une partie du coût d’une voiture de société. Pour que la comparaison soit correcte, il faut examiner le coût total de possession (TCO), qui est le prix d’achat de la voiture plus la consommation, les taxes et la déductibilité fiscale. Si l’on tient compte de tous ces facteurs, le TCO d’une voiture électrique est à peine supérieur à celui d’une voiture diesel.»

À propos des chiffres

Les données recueillies se basent sur les données réelles d’un ensemble de 260.000 travailleurs occupés auprès de plus de 40.000 employeurs du secteur privé auquel appartiennent aussi bien des PME que des grandes entreprises.

Photo: Teja J (Pexels)