Comptables: comment gagner la guerre des talents?

28 septembre 2022
Texte
Francois Weerts

Une enquête de Wolters Kluwer révèle le souhait des professionnels de l’expertise comptable de travailler à distance, l’importance de la formation sur le terrain, l’avènement d’une vague de fusions et de reprises, et la rareté de la rémunération flexible dans le secteur.

La profession d’expert-comptable connaît une nouvelle pénurie, une situation qui n’est pas appelée à beaucoup évoluer si l’on considère les quelque 2.500 postes vacants au Forem. L’enquête récemment menée par Wolters Kluwer en Belgique auprès de 250 répondants démontre que pour s’imposer dans la guerre des talents, les bureaux d’expertise-comptable disposent de quatre pistes clés.

1. Formation sur le terrain

Dans l’enquête, huit répondants sur dix estiment que les jeunes diplômés ont en sortant de l'école trop peu d’expérience pratique et sont trop peu préparés pour bien gérer les relations avec les clients. En outre, quatre personnes sur dix indiquent que les jeunes diplômés ont une connaissance insuffisante de la matière.

«La formation sur le terrain reste essentielle pour continuer à développer certaines compétences après avoir quitté les bancs de l’école», estime Niels Priem, Managing Director, Wolters Kluwer Tax & Accounting, Benelux. «Le contact avec les clients et la connaissance du domaine sont deux compétences qui s’acquièrent principalement par la pratique, il est donc tout à fait naturel que des experts-comptables fraîchement diplômés aient besoin de plus de temps pour développer ces compétences.»

2. Fusions et acquisitions

Près de trois quarts (71%) des gérants et des collaborateurs interrogés prévoient une vague de consolidations dans le secteur de l’expertise-comptable dans les années à venir. Une personne sur quatre (23%) a effectivement vécu une acquisition au cours des trois dernières années. Parmi ceux-ci, près de huit répondants sur dix indiquent l’avoir vécu comme une expérience positive.

«Une fusion ou une reprise peut présenter toute une série d’avantages pour un bureau d’expertise-comptable», précise Niels Priem. «Les consolidations sont souvent une occasion d’accélérer la numérisation et de multiplier le partage de connaissances. Les gérants doivent néanmoins rester vigilants par rapport à l’impact sur la charge de travail.»

3. Travail à distance

Les gérants, au même titre que les collaborateurs, pensent que le télétravail aura toujours sa place dans le bureau du futur. Près de 80 % des experts-comptables néerlandophones et 65 % des experts-comptables francophones ont cette possibilité aujourd’hui. À noter : six collaborateurs sur dix qui n’ont pas la possibilité de travailler à distance aujourd’hui espèrent que cela va changer.

« Même si certains bureaux ne proposent pas encore le télétravail dans un souci de maintenir le contact avec les clients et la synergie entre collègues, le fait est qu’il s’agit d’une attente du collaborateur d’aujourd’hui », précise Niels Priem.

4. Plan cafétéria

Le salaire, l’ambiance au travail et la distance entre le lieu de travail et le domicile sont trois éléments décisifs dans la quête d’un emploi. 72 % des répondants s’estiment satisfaits de leur salaire. Cependant, seul un petit nombre de bureaux a adopté les formes de rémunérations alternatives comme le plan cafétéria.

«Les plans cafétérias permettent aux collaborateurs de composer eux-mêmes leur package salarial en choisissant des éléments dans une liste présélectionnée par l’employeur», précise Niels Priem. «Les rémunérations alternatives étant peu répandues dans le secteur, les bureaux d’expertise-comptable peuvent se distinguer en étant parmi les premiers à proposer cette forme de rémunération. Ils peuvent ainsi avoir une longueur d’avance dans la guerre des talents qui fait rage actuellement.»

Photo: Olya Kobruseva (via Pexels)